PRIX UNAFAM 2016

 

Prix UNAFAM 2016
Évènements 02/06/2016

Les 2 lauréats des prix de l'UNAFAM, selectionnés parmi 17 candidats sont 2 membres de l'Institut de Psychiatrie.

Pour le prix sciences biomédicales 2016, le lauréat est le dr Oussama Kebir, Service Hospitalo-Universitaire, CH Sainte Anne; UMR894 INSERM-CPN - Centre de Psychiatrie et Neurosciences - Paris, pour son projet "modifications épigénétiques associées à l’apparition d’un trouble psychotique chez les jeunes sujets à haut risque"

Résumé

Les troubles psychotiques touchent préférentiellement une population jeune avec un retentissement social majeur. Plusieurs années avant le déclenchement d’un véritable épisode psychotique, certaines modifications du comportement (isolement, agressivité) ou certains symptômes non spécifiques (anxiété, troubles de la concentration ou du sommeil), puis plus spécifiques (distorsions perceptuelles, idées fixes …) sont généralement présents. Certains outils d’évaluation permettent de définir des critères « d’état mental à risque ». Environ un tiers des personnes ayant un « état mental à risque » développeront un trouble psychotique dans un délai de trois ans. Pour étudier l’entrée dans la psychose, l’équipe de chercheurs a suivi une approche originale : étudier les modifications du profil de méthylation (mesuré grâce à un prélèvement sanguin) de jeunes sujets à risque suivis sur une durée d’un an. Ils ont comparé le profil des individus chez qui un épisode psychotique survient et ceux qui ne déclenchent pas la maladie. Leurs conclusions pointent l’implication de modifications épigénétiques dans le déclenchement d'un épisode psychotique. Celles-ci surviennent préférentiellement dans les promoteurs des gènes impliqués dans la protection contre le stress oxydatif, dans le guidage axonal et dans la réponse inflammatoire. Jusque-là, les perturbations de la sécrétion de la dopamine au niveau cérébral étaient la principale explication physiopathologique de la psychose. Grâce à ces nouvelles données, son émergence pourrait être reliée à un stress inflammatoire ou oxydatif rompant l'équilibre déjà fragilisé par une vulnérabilité génétique, environnementale ou neuro-développementale. Ces résultats ouvrent la voie pour le développement de tests de détection précoce et de suivi de progression de la maladie chez ces populations à risque. Ils ouvrent aussi vers de nouvelles stratégies thérapeutiques visant à prévenir la conversion psychotique.

 

Pour le prix sciences humaines et sociales 2016, la lauréate est le Dr Elodie Peyroux, Service Universitaire de Réhabilitation, SUR – CH Le Vinatier -Lyon, pour son projet "RC2S+ : un programme de Remédiation des troubles de la cognition sociale dans la schizophrénie et les troubles apparentés"

Résumé 

Les troubles de la cognition sociale, qui désigne les processus cognitifs qui sous-tendent les capacités d’interactions sociales, sont fréquents chez les personnes souffrant de schizophrénie ou de troubles apparentés et ont un impact négatif sur les capacités à entrer en relation, à maintenir des liens sociaux et à se sentir à l’aise lors des interactions. Afin d’améliorer ces processus, des programmes de remédiation cognitive ont été développés depuis une quinzaine d’année et mettent en évidence des résultats très encourageants. L’équipe du Pr. Franck à Lyon a ainsi élaboré un outil novateur dans ce domaine, le programme RC2S+ dont l’objectif est de proposer une intervention adaptée aux difficultés relationnelles des personnes dans leur vie quotidienne, à l’aide d’un outil "écologique" et motivant afin de favoriser le transfert des compétences aux activités de tous les jours. Le programme RC2S+ est ainsi composé à la fois d’exercices papier crayon et de scènes de simulations informatisées. Le programme est flexible et individualisé et permet d’adapter la thérapie charge aux besoins et aux difficultés spécifiques de la personne. Il se déroule sur 12 semaines, à raison de 2 séances d’1h par semaine avec le thérapeute, auxquelles s’ajoutent des tâches à domicile hebdomadaires. L’outil RC2S+ a été évalué à l’aide de plusieurs études de cas uniques qui soulignent l’intérêt de la thérapie; et une étude de validation impliquant plusieurs services hospitaliers sera menée en France à partir de septembre 2016.

 

» Tous les événements

 

Formations
Documentations
Participez
Espace membre
NEWSLETTER