Case management : quels objectifs, quel ratio ? Philippe Conus – Lausanne - jipejaad 2019


Vidéo de la présentation du Pr. Philippe Conus lors de la 12ème édition de la Journée Internationale des Pathologies Emergentes de l’Adolescent et du Jeune Adulte (JIPEJAAD 2019)

 

Télécharger le diaporama de Philippe Conus au format PDF ►

Extrait de la presentation :


Case management dans l’intervention précoce : quels objectifs, quel ratio ?

Philippe Conus, Département de psychiatrie CHUV, Service de psychiatrie générale - Lausanne, Suisse

CONTEXTE

  • La case-management s’est imposé comme un élément essentiel des dispositifs d’intervention précoce
  • Les éléments principaux justifiant la création de cette fonction clinique sont:
    • La nécessité de garantir la continuité des soins
    • La nécessité d’une mobilité des professionnels
    • L’importance dune spécialisation de certains professionnels dans l’intervention précoce
  • L’implantation de ce rôle professionnel implique un changement d’approche, l’abandon d’un concept de soins médico-centré et une nouvelle définition des rôles
  • Ce changement est rendu nécessaire par certaines caractéristiques des patients qui sont pris en charge dans le contexte des programmes d’intervention dans la phase précoce des troubles psychotiques

Santé Mentale N° 216 - Mars 2017 - Le case management

santé mentale n° 2016 - mars 2017 - Le case management

Dans des systèmes de soins de plus en plus diversifiés et complexes, et parfois difficiles d’accès pour les patients, le case management s’impose comme un élément indispensable d’une psychiatrie contemporaine axée sur le rétablissement et les choix du patient.

 


Un fil rouge de l'intervention

Le case management en santé mentale est donc un modèle d'intervention basé dans la communauté qui vise à offrir de soins accessibles; coordonnés et efficients à de personnes souffrant de troubles mentaux sévères et qui sont difficiles à engager dans les structure de soins habituelles.


Domaines cibles d'interventions du case management


QUELLE FONCTION SPECIFIQUE POUR LE CASE MANAGER DANS LA PHASE PRECOCE DES TROUBLES PSYCHOTIQUES ?

PREMIER EPISODE DE PSYCHOSE : QUEL IMPACT ?


A QUEL AGE EMERGE LA PSYCHOSE?

A QUEL AGE EMERGE LA PSYCHOSE?


ADOLESCENCE: PLUSIEURS DEFIS A RELEVER…

  • Définir son identité, son individualité
  • S’émanciper en préservant les liens familiaux
  • Etablir un réseau social
  • Faire ses premières expériences de relation intime
  • Compléter son éducation
  • Faire des choix de trajectoire professionnelle
  • Enfin se mettre à réaliser ses rêves d’enfant…


 


A QUEL AGE EMERGE LA PSYCHOSE ?

Impact potentiellement majeur et durable sur :

  • la trajectoire de vie
  • L’estime de soi
  • L’intégration sociale

Facteurs de complication pour les soins

 

  • Prévalence élevée d’abus de substance
  • Stéréotypes négatifs dans la société à l’égard de la maladie mentale
  • Crainte de l’hospitalisation
  • Foi en leur propre invulnérabilité
  • Volonté d’indépendance et d’émancipation qui entre en conflit avec le fait que des soignants se mêlent de leur vie
  • Utilisation du déni comme stratégie pour faire face

Deux réactions normales et fréquentes après un premier épisode psychotique

Le déni et je refus de soins.


Un grand classique ...

Le refus des soins


Un défi central pour le case manager :

engager le patient dans les soins


Situation à Lausanne en 2000

Cliquez sur l'image pour agrandir

52 premières hospitalisations  pour psychose à Lausanne en 2000

  • Long délai avant le premier traitement (DUP)
  • Développement de co morbidités avant traitement
    • 3% tentative de suicide effectuée
    • 50% abusent de substance
  • Impact socio-économique (44% sans emploi à l’admission)
  • Traitement initial traumatisant
  • Traumatisme de la famille
  • MAUVAISE INSERTION DANS LES SOINS APRES LA SORTIE: 50% des patients ne se rendent même pas au premier rendez-vous ambulatoire qui leur est fixé
  • Sans organisation spécialisée, l’engagement dans les soins est mauvais
  • Il en découle des rechutes, un retard de traitement et une chronification 

Comment favoriser l’engagement des patients ?

  1. Organiser les soins: programmes spécialisés
  2. Adopter une attitude thérapeutique adaptée afin de favoriser l’engagement des patients
  3. Prévenir le désengagement en identifiant les patients à risque de désengagement et en proposant des stratégies adaptées 

1. UNE QUESTION D’ORGANISATION

Programme TIPP - Lausanne

Traitement et Intervention dans la phase Précoce des troubles Psychotiques


Cibles d'intervention précoces


Population cible

  • Critères d’inclusion
    • 18 – 35 ans
    • Trouble psychotique
    • Moins de 6 mois de traitement pour le trouble psychotique
    • Domicile secteur centre (300’000 habitants)
  • 50 nouveaux patients par an

Désengagement: 5%


Trois éléments essentiels :

  1. Equipe mobile de soins intensifs dans le milieu
  2. Equipe clinique ambulatoire spécialisée: Binôme case manager et psychiatre
  3. Unité hospitalière


Télécharger le diaporama complet au format PDF ►